Prise en charge nutritionnelle du diabétique

18 Oct 2019
16:00 - 16:30
SALLE DOUGGA

Prise en charge nutritionnelle du diabétique

Le diabète constitue sans aucun doute un des défis majeurs pour la santé dans le monde, une priorité de santé publique e surtout un enjeu pour l’avenir autant par sa fréquence que par la gravité de son retentissement.
L’émergence alarmante du diabète dans le monde et surtout dans les pays en transition économique comme la Tunisie est fortement liée aux modifications du « style de vie » caractérisé par l’adoption de nouveaux modes alimentaires, l’inactivité physiqueet le stress.
Ce constat souligne l’impératif du renforcement d’une stratégie de prévention et de prise en charge du diabète de type 2.
Les règles hygiéno-diététiques constituent le premier acte thérapeutique du diabète de type 2. Elles doivent être personnalisées, négociées avec le patient et modulées par le bilan nutritionnel spontané établi grâce à une enquête alimentaire, le bilan clinique du diabétique et le bilan évolutif de la maladie. Elles associent des mesures quantitatives et des mesures qualitatives complétées par l’éducation nutritionnelle.
Le besoin énergétique dépend de l’âge, du sexe, de l’indice de masse corporelle et de l’intensité de l’activité physique. Néanmoins, la restriction calorique est souvent la règle. En pratique, on réduit de 25 à 30% l’apport spontané avec un minimum de 1500 Kcal. L’objectif de cette restriction calorique est la réduction pondérale qui améliore via une diminution de l’insulino-résistance le profil glucidique et surtout l’hyperglycémie post-prandiale.
La répartition équilibrée des trois nutriments énergétiques est impérative :
L’apport glucidique doit représenter 55-60% de l’apport énergétique total (AET), en privilégiant les aliments à index glycémique bas (< 50) aux dépens des aliments à index glycémique élevé (entre 50 et 75) dont la consommation doit être limitée à 10% de la ration calorique.
L’apport lipidique doit représenter 30% AET avec répartition équilibrée des différents acides gras dans la ration lipidique.La réduction de l’apport protidique est recommandée chez le diabétique et cet apport doit être limité à 0,8 g/Kg/j. L’apport recommandé en fibres alimentaires est de 25-30 g/j.
L’éducation nutritionnelle est obligatoirement couplée aux prescriptions diététiques et conditionne l’efficacité de toutes les autres mesures thérapeutiques.